About


Yann Datessen est un photographe-plasticien né en 1977, vivant et travaillant à Paris. Ecrivain par ailleurs et chargé de cours de photographie à l’université Paris-Sorbonne, il fonde en 2011 la revue Cleptafire consacrée à la photographie contemporaine.

« Après des études d’histoire de l’art, je me suis d’abord consacré à la peinture, utilisant la photographie comme support à mes travaux préparatoires. Petit à petit, cet « auxiliaire » a pris de la place, jusqu’à devenir, au fil du temps, l’essentiel de ma pratique. Outre l’héritage coloriste, j’ai voulu garder de ces premières expériences le cadre dans lequel j’évoluais alors : celui du polyptyque. L’association / confrontation d’images est depuis au centre de tous mes projets: j’y rassemble du fragment, le fragment : « ces morceaux de choses qui ont été cassés, séparés de leur tout ». Comment retrouver ce « tout » ? Une seule découpe ? Une seule empreinte du réel ? Une seule image suffit-elle ? Peut-être pas.

S’est donc imposé le goût de la collecte : pour réunir les pièces du puzzle et exorciser une certaine crainte du vide, du silence,  du manque. Pour rationnaliser aussi, « informer » la vie, ma vie : trouver de la matière, la classer, l’ordonner, la nommer, sur le principe de l’herbier, contrarier le désordre et en espérer des réponses. En cela mes « Correspondances » sont des tentatives pour faire sens, entre vérité et simulacre, objectivité et subjectivité, ces forces opposées qui jalonnent l’histoire de la photographie, un inventaire contre l’absurde, ce qui n’a pas d’explication, une enquête sur l’existence.

Ainsi, et afin de questionner l’imagerie polymorphe et éclatée de nos sociétés de l’information, je souhaite proposer différents motifs de narration, différents codes de lecture, différentes stratégies visuelles, trouver une cadence juste entre indices, matières, incarnations d’une part, ellipses, interstices et néant d’autre part. Le polyptique donc, l’image-à-côté-de-l’image : parce qu’il faut poser sur la table tous les aspects d’une énigme pour l’avoir bien en face et peut-être mieux la comprendre. »

Yann Datessen is a photographer born in 1977, based  in Paris. Also writer and photography teacher at Paris-Sorbonne University, he founded « Cleptafire », in 2011, a french magazine about contemporary photography.

« After studying History of Art, I initially dedicated myself to painting using photography as a tool for my sketches. Gradually, photography became the main focus of my work. Besides colour, I also wanted to keep the same «frame» of my previous experiments: that of the polyptych. The association/confrontation of images has since been at the heart of my projects. I gather fragments, Fragment :   » These pieces of things which were broken, separated from their everything. « How to find this « everything »? A single cut? Is a single image enough? Maybe not.

The choice of  collection was then imperative: to combine my  puzzle and exorcise a certain fear of the lack, silence, space. To streamline also, to « inform » the life, my life: to find some material, classify it, order it, name it, on the principle of the herbarium, to frustrate the disorder and to hope for answers. As such, my « Correspondences » are attempts to make « sense », between truth and sham, objectivity and subjectivity, these opposite strengths which mark history of the photography, an inventory against the absurd, the commonness, what has no explanation, a investigation on life.

Also, and in order to challenge the higher bid of contemporary polymorphic imaging, that of our societies of disguised and aesthetic information, I tend to question different ways of narration and rhythm, various codes of perception, various visual strategies. Between clues, matter and meaning on the one hand, and ellipses, space and enigma on the other, it’s necessary to put on the table all the aspects of a riddle for the credit note opposite and maybe better to solve it. »